Spectacle précédent                                                                                                                                                           Spectacle suivant

Guillaume, Jean-Luc, Laurent et la journaliste

Compagnie Il faut toujours finir ce qu’on a commencé

Mardi 4 et mercredi 5 février 20h

Durée : 55 mn

Théâtre

Pour tout le monde dès 16 ans

 

 

Mercredi 5, la compagnie proposera une maquette de sa création Nelly d’après Burqa de chair de Nelly Arcan, suivie d’une rencontre avec une écrivaine.

 

“Je suis pas mytho. Je suis vraiment le meilleur écrivain de France.”

Nelly Arcan s’est suicidée à 36 ans. Guillaume Dustan est mort brutalement à 39 ans. Ils étaient de grands écrivains. Les médias, la presse et le milieu littéraire leur ont renvoyé au pire du mépris au mieux de l’indifférence. Parce qu’elle était une jeune femme ou parce qu’il était homosexuel et séropositif. Ce sont des jeunes gens de la fin des années 1990. C’est l’époque du minitel et des débuts d’internet, des boîtes de nuit et des lumières artificielles, de la musique électronique et des drogues synthétiques.

G. Dustan raconte une soirée dans une boîte de nuit à Paris. Il écrit le sexe de façon simple et cru comme si c’était la moindre des choses. Pareil pour le sida, pareil pour la mort. On peut lire ça comme un manuel de survie à l’arrivée du 21ème siècle écrit par quelqu’un de trop en avance. Et puis il y a les émissions à la télévision. On l’invitait pour qu’il choque les téléspectateurs. Il y parlait de la société, de ce qu’il fallait changer.

 

Distributions : metteure en scène : Jeanne Lazar ; Interprétation : Julien Bodet, Jeanne Lazar, Thomas Mallen et Glen Marausse ; Son et lumière : Anouk Audart ; Collaboration artistique : Morgane Vallée ; Administration et diffusion : Jessica Regnier, la GDS, Prima Donna ; Crédit photo : Arthur Crestani.

Soutiens : La Région Hauts-de-France, la Ville de Lille, le Théâtre du Nord I CDN Lille-Tourcoing, la Maison Folie Moulins à Lille, la SPEDIDAM I Fonds d'Insertion pour Jeunes Artistes Dramatiques, la DRAC et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur.

Le spectacle a bénéficié du programme 90m2 CRÉATIF (La Loge - Le Centquatre-Paris) du soutien du Théâtre Paris-Villette, du Super Théâtre-Collectif, du Théâtre de l’Odéon.